Page 17 - ra2015

Version HTML de base

LA RESTITUTION D’ACTEUR COMMUNAU'TERRE
Une affaire pas seulement technique
Les échanges ont montré combien la sécurisation des terres rurales en Côte d’Ivoire n’est pas une affaire uniquement technique mais s’enracine profondément dans la réalité humaine et
sociologique du pays. La composition des participants en était la meilleure preuve : au-delà des géomètres et techniciens, un nombre important de préfets et chefs traditionnels étaient
présents. Si l’accroissement démographique et le développement économique obligent à une modernisation de la sécurisation des terres rurales de la Côte d’Ivoire, celle-ci ne peut être
durable que si elle repose sur une connaissance approfondie des modes d’organisation locale. La création en 2014 de la Chambre des Rois et Chefs Traditionnels de Côte d’Ivoire démontre
la volonté du pays d’intégrer la tradition aux institutions modernes et de contribuer ainsi à un développement viable et au recul irréversible de la pauvreté. Faite d’un ensemble, transmis de
génération en génération, de connaissances, savoir-faire, croyances, mœurs, lois et opinions, la tradition est le fruit d’un large accord social sur certains comportements, activités et
méthodes considérés bons pour la survie et le développement de la société. Dotée d’une solide assise culturelle locale et d’un enracinement profond dans la vie des citoyens, avec des
règles acceptées et reconnues par l’ensemble de la communauté, la tradition est en perpétuel mouvement et, articulée en permanence au vécu quotidien des concitoyens, ne peut être
déconnectée de la modernité. Toute tentative de développement niant les us et coutumes est donc vouée à l’échec. L'expérience du passé est une référence éminemment utile à la survie
et à la prospérité future d’un pays.