Page 9 - ra2015

Version HTML de base

F
ORMATION
Pour créer des ambassadeurs de la paix
Séminaires Afrique et Liberté 2016 Abidjan, Burkina Faso, Mali, Benin, Sénégal, Maroc :
Un point de sous-thème annuel « La liberté, remède contre l’extrémisme violent »
Financement :
Atlas foundation et the Smith Family Foundation
Partenaire:
Libre Afrique
30 participants par pays en séminaire résident. Un sujet majeur dans un contexte de montée du terrorisme en Afrique.
Partout en Afrique, le drapeau de «l’extrémisme violent » est désormais brandi sans complexe. Tous les pays africains, à différents
degrés, sont touchés par ce fléau, et des dizaines de milliers de personnes en sont déjà mortes, sans parler des dégâts écono-
miques. Presque quotidiennement, l’actualité nous plonge dans la désolation et le deuil du fait de la multiplicité et de la barbarie
des actes de violences terroristes.
La participation des jeunes à ces actes terroristes est une tendance qui ne peut que nous interpeler. Toutefois, si les jeunes repré-
sentent un vivier de recrutement des groupes extrémistes violents, ils sont en même temps les victimes de ces groupes. Dès lors, il
devient urgent de comprendre les facteurs qui mènent d’abord à leur radicalisation menant ensuite à leur engagement dans des
actes de violence. Et c’est là, un objectif primordial de ce séminaire, à savoir jeter les bases d’une réflexion profonde sur les racines
de l’extrémisme violent, afin d’identifier les meilleurs leviers susceptibles d’offrir une prévention efficace de ce fléau.
Sans occulter la responsabilité individuelle de chaque jeune, force est de reconnaitre que l’on ne nait pas terroriste, mais on le de-
vient en réaction à un certain environnement hostile. Les groupes extrémistes violents ne peuvent prospérer et diffuser leurs idéolo-
giques toxiques que dans un contexte de frustration, d’exclusion politique et économique et de crise politique, économique et so-
ciale. Autrement dit, l’extrémisme violent ne peut « pousser » que dans un terreau de répression idéologique, politique ou écono-
mique. La réhabilitation donc des libertés politique et économique avec leurs pendants de responsabilité est le meilleur antidote à
l’extrémisme violent.
Ayant la conviction que les jeunes représentent l’espoir et non pas un danger. Ce séminaire visait à les encourager à reprendre à
leur compte les causes de la paix, de la diversité et du respect mutuel, pour qu’ils contribuent à la lutte contre l’extrémisme violent
au lieu de l’alimenter. Il s’agissait d’un véritable plaidoyer pour une jeunesse libre et responsable. Malheureusement, les jeunes sont
souvent traités comme la cible passive des campagnes contre l’extrémisme violent. Au contraire, ce séminaire visait à les faire par-