Quelques voies pour faire germer la liberté en Afrique

- Prendre conscience que les Africains, plutôt que de se prosterner face aux institutions financières internationales( essentiellement le FMI et la Banque mondiale) auraient intérêt à inonder l’OMC de requêtes pour contester les injustices du commerce mondial notamment les subventions immorales versées aux agriculteurs des pays riches qui rendent les pauvres incompétitifs sur leurs marchés extérieurs de même que sur leur marché intérieur puisque, ces subventions conduisant à une production massive et que les excédants sont versés aux pays pauvres sous forme d’aide, les marchés locaux sont déséquilibrés ;

- Faire pression sur les ONG œuvrant au recul de la pauvreté pour qu’elles s’efforcent d’identifier les vrais problèmes de l’Afrique au lieu de déverser leur état d’âmes dans des aides aussi asservissantes qu’inappropriées. L’Afrique n’a pas besoin de compassion et de pitié, elle a besoin d’idées ;

- Interpeller le gouvernement pour demander plus de liberté. Le cadre des affaires doit être simple, clair et stimulant. Si l’on veut voir la pauvreté reculer, il est impératif de :

  • réduire les formalités et le coût de la création d’entreprise;
  • réduire le poids des taxes et impôts et la complexité des formalités fiscales;
  • réduire la règlementation des affaires car l’hyper règlementation est le socle d’une corruption importante ;
  • réduire les formalités et les taxes douanières.

- Demander au gouvernement de meilleures formations :

  • que des formations à l’entreprenariat se multiplient et qu’elles entrent au sein des universités et des écoles;
  • qu’une assistance formation soit proposée aux créateurs d’entreprises pour les aider à appréhender l’environnement des affaires sans stress mais également pour obtenir des informations sur les marchés locaux pour mieux positionner leur future entreprise.

- Faire fructifier au fond de soi la confiance, sentir l’innovation et l’envie d’entreprendre grandir. Regarder le monde et se dire que c’est possible ! L’esprit d’entreprise est très développé en Afrique, en témoigne la vigueur du secteur informel. L’Afrique est pauvre parce qu’elle manque de liberté, il faut en prendre conscience. C’est en prenant conscience des problèmes que l’on commence à les détruire.

- Ne pas voir le futur quand tout ira bien ! Commencer à construire dans un environnement difficile et lutter dans l’action.

- Promouvoir vous-même la liberté autour de vous. Inviter des entrepreneurs sur les campus pour partager leurs expériences positives et négatives. Inviter également des représentants des ministères et des députés pour leur faire part du besoin de libéralisation de l’environnement des affaires. Inviter des intellectuels de divers horizons ou Audace Institut Afrique pour faire vivre les campus et enrichir vos connaissances.

- Promouvoir la campagne Liberté remède contre la pauvreté sur Facebook en partageant les articles et les vidéos avec vos amis pour sensibiliser le maximum de personnes.

- Entrer dans le club des débatteurs de la liberté d'AIA pour apprendre à positionner pacifiquement vos idées dans les discussions publiques.

- Ne jamais penser que vous êtes trop petit pour changer les choses. C’est l’action conjuguée de chacun de nous qui fera avancer les choses. « Celui qui déplace une montagne commence par déplacer de petites pierres. » écrivait Confucius.


 


Les conseils de Marie Konaté, PDG de PKL à l'attention des jeunes africains

 



Des voies de promotion de l'entreprise privée proposées
par Malik Bakayoko, fondateur de l'institut LEAF ( Leadership entreprenariat en Afrique),
également directeur de DURABILIS.

 


Pour mieux promouvoir la liberté, l'entreprise et le libre-échange, voici quelques documents utiles à télécharger :


Suivez nous sur

  •  
  •