La liberté remède contre la pauvreté

 

Notre vision: La liberté remède contre la pauvreté.

Au lieu de toujours nous interroger sur les causes de la pauvreté, nous préférons nous interroger sur ce qui créé de la richesse. Nous ne voulons pas voir les pauvres comme des assistés mais comme des créateurs de richesse, des acteurs du changement. Nous souhaitons identifier les vraies causes pour trouver les vrais remèdes. AIA proposera à travers différentes communications des  remèdes, celle-ci  vise à promouvoir l’entreprise privée et le libre-échange.

Le défi de la pauvreté dans le monde


Plus d’un milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour. Chaque année, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants meurent du SIDA, du paludisme et autres maladies qui pourraient être évitées. Des dizaines de millions de personnes manquent d’eau et se couchent affamées.

Il y a pourtant des raisons d’espérer. Il n’est certes pas possible de créer un paradis sur terre mais il est possible de faire reculer la pauvreté grâce à de bonnes politiques. Il existe de puissants outils qui permettraient de faire d’énormes progrès dans la création d’une société prospère. La liberté est au cœur de ces solutions.

Audace Institut Afrique (AIA) souhaite promouvoir une bonne compréhension de la personne humaine et de la société de manière à comprendre les causes profondes de la pauvreté et à pouvoir proposer des remèdes efficaces.

L'institut fait la promotion en Afrique de l'esprit d'entreprise pilier de la richesse du monde en développement. Il est logique d’associer à cette réflexion la promotion du libre échange. En effet, l’échange est le seul principe économique universel qui conduise au progrès. La mondialisation ne doit nullement inquiéter l’Afrique qui a tout à gagner dans l’ouverture et dans la lutte contre le protectionnisme des pays développés. Ce sont les entraves des Etats au libre-échange qui favorisent la pauvreté et non l’inverse. La mondialisation n’est que le fruit d’une multitude d’échanges individuels entre des personnes de nationalités différentes. L'institut prône le marché libre, honnête et concurrentiel des économies, non pas l’oligarchie et le capitalisme de copinage qui faussent la vision de l’Afrique sur la mondialisation.

Il est temps de changer !

Toutes les religions insistent sur l’importance de la solidarité avec les pauvres. La solidarité ne signifie pas seulement aide, secours. Elle consiste à considérer le pauvre comme un partenaire plus que comme un poids. Le don réduit souvent l’autre à la dépendance, voire à la soumission. Aucun pays au monde n’est devenu riche grâce à l’aide publique internationale. L’aide ne peut durablement soulager car elle n’apporte pas les transformations économiques essentielles à l’autonomisation. Le proverbe rwandais dit bien que le meilleur ami ne donne pas le fruit mais la graine.

En Afrique, il est difficile d’attendre le progrès de l’Etat car, depuis les indépendances, la pauvreté n’arrive pas à reculer. Il faut changer l’angle de la réflexion économique et mettre la personne au centre car c’est elle qui va pouvoir créer la richesse si elle a assez de liberté pour réaliser ses projets. Il ne faut plus croire que ce sont les grosses enveloppes d’argent de l’aide qui vont apporter la richesse. Il est temps de favoriser une compassion efficace et de ne plus contraindre les pauvres à une simple aumône facile. Chaque personne humaine a de la valeur et doit pouvoir garder sa dignité. Avoir du cœur pour les pauvres est important mais il faut en plus avoir un esprit pour eux.

L’entreprise privée

L’entreprise privée

L’entreprise privée : remède contre la pauvretéDévelopper l’entreprise privée est un moyen intelligent de passer de la pauvreté à la richesse. Il faut donc que l’Etat crée un climat favorable aux entreprises et promeuve la culture d’entreprise qui libère le potentiel humain. Cela passe par une réforme de l’... ...Lire la suite

Le libre-échange

Le libre-échange

Le libre-échange : remède contre la pauvretéL'Afrique doit-elle avoir peur du libre-échange et plus généralement de la mondialisation? L’histoire nous montre que l’Afrique a une tradition de libre-échange. Déjà en 1200 à l’époque de Soundjata Keita puis sous Kankan Musa, l’économie africaine reposait sur le... ...Lire la suite

 


"Les pauvres ne sont pas le problème, ils sont la solution"

Hernando de Soto, économiste péruvien.


Suivez nous sur

  •  
  •